Nouvelle version du site

Vous allez découvrir le nouveau site du Cercle Tissier. Plus moderne, plus rapide, il devrait vous procurer une expérience de navigation plus agréable sur votre ordinateur, tablette ou smartphone. Encore en phase de développement, il vous réserve de nombreuses surprises dans les prochaines semaines, alors restez connecté !

Au nom des Pères

Au Nom des PèresChristian Tissier l’a créé en 1976, Christian Derval, son ami de toujours, s’en est occupé jusqu’à son décès, le 30 mai
dernier. Une page de l’histoire d’un des plus grands clubs de France se tournait. Qu’allait-il advenir du Cercle Tissier de
Vincennes ? Ce sont fi nalement leurs enfants, Kelly Tissier et Aurélien Broussal-Derval, qui ont décidé de prendre leur succession.
Par Ludovic Mauchien > Photos : Johann Vayriot

«Nous sommes nés ici. On connaît tout le monde. On se sent chez nous », lâche Kelly Tissier, 27 ans. « Dans notre esprit, ce
n’était pas possible que le club parte ailleurs. Avec mon frère Ken, nous étions très clairement opposés à la vente mais il fallait trouver une solution car papa (Christian Tissier) ne voulait pas faire comme si. » Comme si Christian Derval, son ami qui gérait le club, était toujours de ce monde. Sa disparition, le 30 mai dernier, a laissé un grand vide. Christian Tissier, résidant dans le Sud, ne pouvait pas être présent au quotidien. Le fameux Cercle allait-il changer de mains et de nom ? « C’est papa et moi qui avons eu l’idée de demander à Aurélien », poursuit Kelly. « Je ne pouvais pas reprendre le club toute seule (elle est ostéopathe de métier). Et Aurélien, c’est la famille. Nos parents nous gardaient ensemble. » Seulement, le fils de Christian Derval était en Angleterre, engagé comme préparateur physique auprès de l’équipe olympique de Judo britannique. Mais l’idée le séduit immédiatement, naturellement, logiquement. « C’était une évidence », renchérit Aurélien Broussal-Derval, 30 ans, ceinture noire de Judo et de Jiu Jitsu brésilien (2e degré). « C’est une aventure qui a énormément de sens. Je suis extrêmement fier de mes livres publiés et des médailles récoltées aux Jeux mais, je suis encore plus fier de ce que me laisse mon père et de la confiance de Christian (Tissier). On fait avec le cœur, avec passion pour sauver une histoire, celle du Budo Kwaï parisien. »

IMPRIMER LEUR MARQUE

Fort de 3000 licenciés et 1200 ceintures noires, le Cercle Tissier possède une âme et une identité tout à fait personnelles, un esprit familial que comptent bien perpétuer les héritiers. « C’est une grande aventure », susurre Kelly Tissier. « C’est une suite logique de se retrouver ici (à Vincennes). » Tout en ayant envie d’imprimer leur marque : « L’histoire avait écarté le Judo adulte, au profi t du Jiu Jitsu brésilien (dont Christian Derval était l’un des pionniers en France) », rappelle Aurélien BroussalDerval. « Mon parcours fait que je peux faire venir lemeilleur : Patrick Roux (7e Dan, ancien entraîneur de
l’équipe de France puis de l’équipe britannique) et son partenaire, Frédéric Dambach (6e Dan). Le fitness et la préparation physique vont beaucoup évoluer. On se doit d’être à la pointe en cross training. On développe le Cross fi t, le Pilate, le Swiss ball… A terme, on aimerait emménager le 2e étage afi n de développer d’autres disciplines, à commencer par le Taekwondo et le MMA ». Ne pas s’endormir sur ses lauriers pour que l’esprit demeure. Tel est leur héritage, sous le regard avisé et bienveillant de Maître Tissier.

Un dojo historique, un espace familial.

Le Cercle Tissier existe sous la forme qu’on lui connait depuis 1976.
Il est à ce jour, et sans conteste, le premier Centre Européen privé d’Arts Martiaux, disposant de sections de renommée mondiale dans les domaines de l’Aïkido, du Judo, du Karaté ou du Jiu Jitsu Brésilien. Enfants, adultes, combattants ou pratiquants de fitness, rejoignez les milliers de passionnés qui vivent, s’entraînent et apprennent chaque jour dans ce temple du combat et de la forme.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter