Nos petits judokas en forme ce mercredi

Réunis autour d’Edar, Olivier Michailesco, Claire France Thevenon et la championne d’Europe des moins de 48 kg, la belge Charline Van Snick. Nos petits judokas ont été très dynamiques en ce mercredi après-midi.

L’athlète belge qui s’entraine actuellement au Cercle Tissier a prodigué de nombreux conseils aux enfants dans une séance particulièrement animée, dès l’échauffement on pouvait sentir l’enthousiasme de ceux-ci comme en témoigne le bruit des chutes sur le grand tatami du dojo, l’essoufflement de nos petits judokas ou encore les kimonos défaits. L’assiduité et l’écoute étaient également au rendez-vous notamment lors des différentes démonstrations des prises faites par les professeurs. La séance s’est terminée par une belle photo de groupe avec des élèves et des professeurs souriants.

Venez découvrir le Karaté

Si parmi vos bonnes résolutions pour la nouvelle année figure la pratique d’un ou plusieurs sports… Pourquoi ne pas venir essayer le karaté ? Cet art martial originaire de l’ile d’Okinawa au Japon constitue un savant mélange entre apprentissage technique et méditation.

Signifiant « la voie de la main vide » cette discipline consiste en l’utilisation de techniques à la fois offensives et défensives faisant appel à toutes les parties du corps : mains, pieds, etc. La pratique traditionnelle pour les débutants veut qu’avant de faire face à un adversaire, on apprenne les techniques de bases (kihon) : on répète la plupart du temps en groupe des techniques, positions et déplacements. Il se distingue du Kumite qui est le combat conventionnel du karaté, ce qui implique le fait de travailler à deux et non pas de manière isolée. Cependant, si le contact avec autrui peut paraitre effrayant au premier abord, il existe le Kata, une pratique sans contact : qui signifie « forme » et qui constitue un enchaînement codifié et structuré de techniques représentant un combat réel contre plusieurs assaillants virtuels quasi simultanés. Le karaté ne se pratique pas forcément en compétition, il est tout à fait possible de le pratiquer sans recherche particulière de performance surtout si vous vous inscrivez dans une démarche de développement intérieur ou encore une démarche de santé, de bien-être physique.

Modestie, humilité, contrôle de soi

Les valeurs véhiculées par cette pratique venue du Soleil levant séduisent beaucoup les parents qui n’hésitent pas à y inscrire leurs enfants. Permettant notamment de canaliser et de maîtriser leur énergie débordante. Le Karaté prône le respect de l’autre, l’humilité, le sens de l’honneur et ce quel que soit le niveau de pratique, ce qui explique notamment l’augmentation du nombre de pratiquants adultes. L’aspect très cérémonial de cette pratique caractérisée par le salut au début et à la fin du cours invite chaque pratiquant à mettre son égo de côté et à s’ouvrir vers les autres. Très bon vecteur de sociabilité, la pratique en groupe permet d’échanger, de partager expériences et autres astuces avec les différents partenaires pour mieux vivre encore le Karaté.  Au niveau de la sécurité, le risque de blessure de ce sport est très faible grâce à l’échauffement général puis spécifique effectué au début de chaque séance mais également à la maîtrise des mouvements lors de la pratique.

Plus qu’un simple sport, le Karaté permet au pratiquant d’adopter une approche philosophique de la pratique, d’acquérir des contenus semblables à la méditation, applicables en dehors des tatamis. Lucien V. pratique le karaté depuis 15 ans au Cercle: « Au niveau de la vie de tous les jours, là où le karaté m’a le plus apporté est la respiration, la méditation m’as permis de mieux la maîtriser et au fil des années de me sentir mieux dans mon corps, de mieux ressentir les choses ».

Au cercle Tissier, le Karaté occupe une place prépondérante. En témoignent les nombreux stages consacrés à cette pratique et l’établissement des quartiers des équipes de France pendant un moment. La section est actuellement encadrée par les experts internationaux Jean-Louis Morel et Pierre Berthier, tous deux 8ème Dan et titulaires d’un brevet d’état du second degré.

L’aïkido ou l’art du geste juste

Derrière le Japon, la France est le pays qui compte le plus de licenciés en aïkido (60 000) et la pratique s’y développe d’années en années. La discipline qu’on peut traduire par « la voie de la concordance des énergies » consiste à utiliser la force générée par la volonté de nuire de l’adversaire en vue d’annuler son attaque.

En plus d’être l’application concrète du concept de légitime défense, l’aïkido demeure une réelle méthode d’éducation faisant appel à la philosophie du pratiquant. Il utilise à la fois des techniques avec armes et à mains nues dans le but de réagir proportionnellement à une agression subie. La finalité de la pratique n’est donc pas la victoire mais l’assurance de sa propre défense face à une attaque. L’aïkido apporte une plus-value aussi bien sur le plan physique que sur le plan mental dans la mesure où l’enseignement est organisé autour de trois axes : le corps, l’esprit et la technique. Cette organisation fait de l’aïkido une des disciplines ayant une forte valeur éducative.

A la fois pratiqué par les hommes et les femmes de toutes morphologie et de tout âge, l’aïkido permet un développement du corps étant donné qu’il permet de contribuer au relâchement musculaire, d’accroitre la souplesse et d’optimiser le placement du corps. La pratique développe également l’agilité, l’équilibre et la rapidité d’exécution. Accessible dès l’âge de 5 ans (et 2 ans en baby Arts Martiaux au Cercle Tissier), l’aïkido permet aux enfants de canaliser leur énergie et de mieux anticiper les coups portés par d’éventuels agresseurs. Confiance en soi, vigilance, respect de l’autre, sang-froid, persévérance ou encore entraide sont autant de valeurs inculquées par la pratique de cet art martial venu du soleil levant, et marquent ainsi la dominante spirituelle de l’enseignement. Cependant ce développement du corps et de l’esprit lié à la pratique n’est pas possible sans un apprentissage technique qui reste l’essence même de la discipline. Contrairement à ce qu’on pourrait penser de cette discipline très codifiée au premier abord, l’aïkido fait la part belle à la créativité. En effet, sans rentrer dans les détails pointus il faut savoir que les possibilités techniques sont quasiment infinies, comme le souligne cette phrase prononcée par le fondateur de l’aïkido Morihei Ueshiba : « Il y a environ 3 000 techniques de base et chacune d’entre elles a 16 variantes… ainsi il en existe quelques dizaines de milliers. Et selon la situation, vous en créez de nouvelles. »

Si éventuellement, par le biais de cet article vous découvrez l’aïkido, vous ignorez peut-être qu’avec plusieurs cours d’Aïkido par jour, et des experts internationaux regroupés autour du Shihan Christian Tissier, le Cercle Tissier est le dojo de l’Aïkido. Près de 400 pratiquants gradés et débutants s’y exercent chaque jour, et le club, point de passage systématique pour les passionnés, accueille des pratiquants de tous les horizons, toute l’année.

Nous espérons donc vous croiser au Cercle que ce soit pour une séance d’aïkido ou non, nous vous accueillerons avec plaisir et toujours dans le but de remplir au maximum vos attentes.